Carthage : la ‘Fontaine aux mille amphores’

  • Jean-Pierre Laporte
Parole chiave: Carthage, spring, fountain, nympheum, Carton, Icard, Gielly.

Abstract


Découverte par L. Carton en 1918, puis dégagée sous sa direction en 1919, la « Fontaine aux 1000 amphores » est aujourd’hui inaccessible. On peut cependant l’étudier grâce à différents textes, un plan et une coupe, ainsi que des cartes postales des années 1920-1935 environ . On pourra se demander quelle était la nature et la destination exacte de ce monument qui a connu plusieurs importants remaniements successifs. Il s’agissait en fait d’une source sacrée, probablement aménagée en nymphée, avec toutes les caractéristiques, maintenant bien connues, de ce genre d’établissement.


Riferimenti bibliografici

Manuscrit

Icard, Cahiers : 6 [maintenant 7] cahiers rédigés par Icard, donnés à P. Cintas, passés de lui à S. Lancel, qui les donna en 2002 au Cabinet du Corpus des Inscriptions Sémitiques de l’Institut de France, cf. S. Lancel (2002), 1, 79. Cf. également, Laporte (2018).

Imprimés

Audollent A. (1925), (Première lecture des tabellae defixionis), BCTH, C-CCI. Séance du 12 janvier.

Audollent A. (1933), Les inscriptions de la Fontaine aux mille amphores à Carthage, Cinquième congrès international d’Archéologie, Alger, 14-16 avril 1930, éd. Société historique algérienne, 119-138.

Belkhodja A. (1993), Les cendres de Carthage, éd. Appollinia, Tunis.

Ben Romdhane H., Maraoui-Telmini Boutheina, Dhifi Khaled (2017), Une structure circulaire à godets dans la région de la Maalga à Carthage, Africa, XXIV, 93-111.

Carton L. (1918), Découverte de voûtes en berceau près du ‘mur de mer’ de Falbe sur le littoral carthaginois, CRAI, 303-304.

Carton L. (1919), Fouilles d’un édifice près du « mur de mer » sur le littoral carthaginois, CRAI, 1919, 372-376. Séance du 19 septembre.

Carton L. (1920), Découverte d’une fontaine antique à Carthage, CRAI, 1920, 258-259.

Carton L. (1923), La beauté des ruines de Carthage, De Nereys : Paris.

Carton L. (1924), Pour visiter Carthage, 139 p.

Cintas P. (1969), Les Carthaginois dans leur cité. Archéologie vivante, vol. 1, n° 2, décembre 1968-février 1969, 53-66, 19 fig., 1 plan.

Delattre L.-A. (1893), Un mur à amphores romaines découvert à l’angle sud de la colline de Byrsa (Carthage), CRAI, 152-155.

Delattre L.-A. (1894), Le mur à amphores de la colline Saint-Louis à Carthage, BCTH, 89-1 19, pl. III et IV.

Dridi H., Mezzolani A. (2013), De Carthage à Neuchâtel, en passant par le canton de Vaux. Quelques aspects de l’activité du Comité des Dames amies de Carthage, dans Entre Carthage et l’Arabie heureuses. Mélanges offerts à François Bron, éd. F. Briquel-Chatonnet, C. Fauveau et I. Gajda, Paris, De Boccard, 317-331.

Graham W.A. (1978), Plan archéologique d’étude au 1/10.000e, Bulletin du CEDAC Carthage, n°1, sept, 9-10, plan sur deux pages centrales.

Icard F. (1922), (Dégagement des boues de la galerie), BCTH, XLVIII.

Icard F. (1923), (Monnaies et tabellae), BCTH, LXXXI : monnaies de Faustine (deux exemplaires), Élagabal, Iulia Maesa.

Icard F. (1926), (Monnaies d’or et tabellae), BCTH, CXLV.

Lancel S. (2002), Dépôt des Cahiers de François Icard aux archives de l’Académie (note d’information), CRAI, 1, 7-9.

Lantier R. (1922), (Objets découverts en Tunisie et offerts au Musée du Bardo), BCTH, XLVIII, n° 2. Plusieurs objets en plomb dont 4 tabellae defixionis.

Laporte J.-P (2009), Un archéologue en Tunisie, Louis Carton (1861-1924), BCTH, 35, 239-264.

Laporte J.-P (2018), François Icard, un émule de Louis Carton, dans Podvin J.-L. (éd.), Louis Carton, de Saint-Omer à Tunis, Shaker Verlag, Aachen, 135-170.

Lapeyre G.-G., Pellegrin A. (1946), Carthage punique (814-146 avant J.-C.), Payot : Paris.

Martin-Kilcher S. (1993), Amphoren der später Republik und des Früher Kaiserzeit in Karthago, MDAI Rom, 100, 269-320.

Nemeth G. (2013), Supplementum Audollentianum, Budapest, 2013, 22 p. Disponible sur Internet.

Picard C. (1951), Carthage, éd. Les Belles Lettres, Paris.

Salomonson J. W. (1965), La mosaïque aux chevaux de l’antiquarium de Carthage, La Haye, 1965.

Saumagne Ch. (1924), Colonia Julia Karthago, BCTH, 131 - 140, fig. 1-2.

Scheid J. (1996), “Pline le jeune et les sanctuaires d’Italie. Observations sur les lettres IV, 1, VIII, 8 et IX, 39” dans A. Chastagnol, S. Demougin, Cl. Lepelley éd., Splendidissima ciuitas. Études d’histoire romaine en hommage à François Jacques, 241-258.

Scheid J. (2007), Le culte des eaux et des sources dans le monde romain. Un sujet problématique, déterminé par la mythologie moderne, dans Religion, institutions et société de la Rome antique, Cours du collège de France, octobre 2007. Disponible sur Internet.

Sichet A. (1999), Les tablettes d’exécration de l’Afrique du Nord à l’époque romaine, dans L’Afrique du Nord antique, cultures et paysages, Presses Universitaires Franc-comtoises, 111-126.

Toutain J. (1932), L’Histoire des religions au musée d’Alger, Revue de l’histoire des religions, n° 101, 114-122.

Pubblicato
2018-02-26
Fascicolo
Sezione
Saggi e studi

Puoi leggere altri articoli dello stesso autore/i