Recherches archéologiques récentes sur un ensemble hydraulique antique monumental dans la zone de La M‛alga à Carthage. Plan d’ensemble et architecture

Habib Baklouti

Abstract


Dans la présente publication, nous faisons état des résultats de recherches et travaux archéologiques que nous avons entamés en 2015 dans la zone archéologique de La M‛alga à Carthage concernant les ruines d’un important monument hydraulique, jusqu’ici trop peu connu, qui était élevé sur une butte artificielle dans la partie ouest de la zone susdite. Accusant dans son ensemble un plan quadrangulaire, ce monument est composé essentiellement de trois grands réservoirs oblongs construits presqu’entièrement en élévation et disposés en lettre U ouvrant sur l’Ouest et surplombant, d’une part, les ruines de l’amphithéâtre de l’antique Carthage qui n’en sont distants que de deux cents mètres environ et, d’autre part, les ruines de bains dits "les thermes dits du Phénix", au bas de son flanc sud-ouest. Les résultats auxquels ont abouti nos recherches à propos de ce monument montrent :

- que celui-ci était alimenté en eau par un aqueduc autre que celui de Carthage, puisant probablement son liquide dans une source locale, intra-muros ;

- que chacun des trois vaisseaux le formant avait une fonction bien définie : le premier, R1, servait de bassin d’arrivée d’eau, le deuxième, R2, à alimenter en eau potable une fontaine située à son extrémité sud-ouest  et, le troisième, R3, à l’alimentation des thermes susmentionnés (fig. 4) ;

- que deux rangées de neuf boutiques chacune étaient disposées symétriquement sur les deux côtés latéraux, nord et sud, de l’aire centrale cernée par les trois réservoirs et qui aurait tenue lieu d’une esplanade laissée à l’aire libre.  Le sol de cette aire était revêtu d’un pavement en mosaïque polychrome à motif floral ;

- que cet ensemble monumental est à mettre en rapport tant avec les thermes dits du Phénix qu’avec l’amphithéâtre qui lui faisait face ;

- que le IIIe siècle constitue une datation post quem à la construction de cet ensemble tandis que le début du VIe siècle en constitue le terminus ante quem et que la date de son abandon définitif se situerait au cours du VIIIe siècle dans la période byzantine après avoir connu une deuxième étape d’occupation.


Parole chiave


réservoirs ; fontaine ; mosaïque ; esplanade

Full Text

PDF (Français)

Riferimenti bibliografici


Anselmino L. (1992), Le secteur nord-ouest de la ville [de Carthage] , in A. Ennabli [ed.], Pour sauver Carthage, Tunis : UNESCO/INAA, 125-130.

Baklouti H. (2003), Les citernes de la Malga à Carthage. Plan d’ensemble et architecture, Africa, n. sér., Séances Scientifiques, I, pp. 129-161.

Baklouti H. (2008), Les citernes de la Malga à Carthage. La chambre de distribution des eaux , L’Africa romana, 17, 811-856.

Baklouti H. (2014) , Carthage et l’eau dans l’Antiquité , in Z. Hlaoui et T. Alouane [eds], Climat et Bioclimat de la Tunisie, Tunis : Université de Tunis, 21-29.

Baklouti H. (2018) , Les citernes de la Maalga et celles de Botj Jedid à Carthage , dans Carthage maîtresse de la Méditerranée. Capitale de l’Afrique, textes réunis par S. Aounallah et A. Mastino, Collection Histoire et Monuments 1, Tunis : AMVPPC, 280-284.

Ben Abdallah Z. (1989), Etude sur l’amphithéâtre de Carthage, CEDAC, 10, 29-33.

Bordy [L’adjoint du génie] (1907), Carte archéologique et topographique des ruines de Carthage dressée d’après les relevés de M. l’adjoint du Génie Bordy avec le concours du R. P. Delattre, Général Dolot, P. Gauckler, Paris, Service géographique de l’armée, 1907 (1912 ou 1913 ?) [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53062063k]

Bourgeois Cl. (1980) , Les Vandales, le vandalisme et l’Afrique , Antiquités africaines, 16, 213-228.

Clamagirand E. et al. (1990), L’aqueduc de Carthage”, La Houille Blanche, 6, 423-432.

Ellis Simon P. (1996), Systems of Water Control. The Evidence of some African Castellae, in De Haan N., Jansen Gemma C. M. [eds], Cura aquarum in Campania, Proceedings of the Ninth International Congress on the History of Water Management and Hydraulic Engineering in the Mediterranean Region (Pompei, 1-8 october 1994), Babesch, 4, supplement, 179-184.

Falbe Christian T. (1833), Recherches sur l’emplacement de Carthage, suivies de renseignements sur plusieurs inscriptions puniques inédites, de notices historiques, géographiques, etc., avec le plan topographique du terrain et des ruines de la ville dans leur état actuel et cinq autres planches, Paris : Imprimerie royale.

Ferchiou N. (1999), Les aqueducs de Zaghouan à Carthage et leurs strctures complémentaires , Africa, XVII, 1999, 69-86.

Hugoniot Ch., Khanoussi M. (2018), L’amphithéâtre [de Carthage], dans Carthage maîtresse de la Méditerranée. Capitale de l’Afrique, textes réunis par S. Aounallah et A. Mastino, Collection Histoire et Monuments 1, Tunis : AMVPPC, 300-301.

Leveau Ph. (1979), La construction des aqueducs, DA, 38, 8-18.

Leveau Ph. (2000), Les aqueducs : construction et place dans la ville antique , in G. Fabre, J.-L. Fiches et J.-L. Paillet [eds]), L’aqueduc de Nîmes et le Pont du Gard. Archéologie, géosystème et histoire, Paris : CNRS, 282-314.

Lézine A. (1968), Carthage-Utique. Etudes d’architecture et d’urbanisme, Paris : CNRS.

Lézine A. (1969), Les thermes d’Antonin à Carthage, Tunis : STD.

Martin J.-P. (2000), Sol invictus : des Sévères à la Tétrarchie d’après les monnaies, Cahiers du Centre Gustave Glotz, 11, 297-307.

Neuru L. (1992), Le secteur nord-est de la ville [de Carthage] , in A. Ennabli [ed.], Pour sauver Carthage, Tunis : UNESCO/INAA, 135-142.

Rakob F. (1979), L’aqueduc de Carthage , DA, 38, 34-42.

Renault J. (1912), Les bassins du trik Dar-Saniat à Carthage , RT, 346-368, 471-498 et 543-559.

Rossiter J., Copp S. (2009), Les thermes du Phénix : a ‘lost’ roman bath-house at La Malga, Carthage , Mouseion, Series III, Vol. 9, 2, 143-158.

Saumagne Ch. (1929a) , Notes de topographie carthaginoise, I, La turris Aquaria d’après les fouilles de 1926 , BCTH, 1928-1929, 629-639.

Saumagne Ch. (1929b), Notes de topographie carthaginoise, II, Les vestiges de la colonie de C. Gracchus à Carthage , BCTH, 1928-1929, 640-664.

Vaultrin J. (1932), Les basiliques chrétiennes à Carthage , Revue africaine, LXXIII, 182-318.

Vérité J. (1989) , Le site de la Malga à Carthage , CEDAC Carthage, 10, 41-47.

Wilson A. I. (1998), Water supply in ancient Carthage, JRA, supplementary series, n° 28, 65-102.




NBN: http://nbn.depositolegale.it/urn%3Anbn%3Ait%3Aunica-25724

DOI: http://dx.doi.org/10.13125/caster/3854

Metriche dell'articolo

Caricamento metriche ...

Metrics powered by PLOS ALM

Refback

  • Non ci sono refbacks, per ora.


Copyright (c) 2019 Habib Baklouti

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NoDerivatives 4.0 International License.

 


Cartagine. Studi e ricerche (CaSteR)

ISSN 2532-1110 [Online]; ISSN 2532-3563 [Print]

Cartagine. Studi e Ricerche, Rivista della Società Scientifica Scuola Archeologica Italiana di Cartagine è edita dall'Università degli studi di Cagliari ed è distribuita con Licenza Creative Commons Attribuzione - Non opere derivate 4.0 Internazionale.